Retrouver du lien, pas à pas…

Retrouver du lien, pas à pas…

Nous vivons dans une société où, depuis longtemps, les liens se défont jours après jours, de plus en plus. Ceci est visible entre les Hommes, mais également entre les Hommes et leur environnement.

Nous ne savons plus quelle est la sensation de la neige sous les pieds, de la pluie fraîche dans le cou, de la texture de l’écorce d’un arbre sous les doigts.

Ce lien est pourtant essentiel à notre équilibre intérieur. C’est notre rapport au monde, à notre environnement et à nous même qui en dépend.

Si ce lien est rompu, nous risquons d’avoir du mal à cerner ce qui est véritablement essentiel pour nous ou non. Ainsi, il nous est plus aisé de nous perdre, et de nous laisser embarquer dans une vie qui n’est pas vraiment la nôtre, à faire ce que d’autres attendent de nous plutôt que d’exprimer notre nature fondamentale.

Exprimer qui nous sommes, passe par la libération de chaînes qui nous entravent depuis bien trop longtemps. Ces mêmes chaînes sont également ce qui nous coupent de la nature.

Nous retrouver dans la nature, au milieu des arbres, marcher sur la mousse humide, est un moyen simple et accessible pour nous reconnecter à notre nature, et à la Nature avec un N majuscule.

Cette reconnexion peut passer par plusieurs niveaux. J’aime parler tout d’abord de ce qui est accessible directement par les sens. Goûter la terre, toucher la pierre, sentir la mousse, écouter le son des feuilles sous nos pas… C’est une expérience immédiate, et surtout accessible véritablement à chacun.

Une deuxième étape permet d’accéder à un état plus méditatif. Nous allons en forêt en étant à l’écoute de ce qui se passe de manière évidente, mais aussi de manière plus subtile. Des messages peuvent se faire entendre. Un dialogue peut s’instaurer avec les éléments qui nous entourent.

Une autre étape, nous permet d’aller plus loin dans le dialogue avec la Nature, par le travail avec le symbole et le rituel. Faire un feu, apprendre à l’allumer, à l’écouter, à le respecter de manière sacré… Cela peut se poursuivre également par les grandes célébrations de l’année, autant solaires que lunaires.

Le tambour peut être présent ensuite dans un mouvement dynamique, afin d’entrer en voyage, et chercher encore un peu plus loin ce que l’environnement a à nous dire.

A chaque étape, on emmène la précédente. A chaque étape, on va un peu plus loin dans notre dialogue entre nature (la notre), et Nature (la “grande”)… Et plus on dialogue, plus on se rend compte que la différence n’est pas si grande. Il est même peut-être permis de se dire qu’il n’y a d’ailleurs pas de différence. Ainsi, je me comporte avec ce qui m’entoure comme je me comporte avec moi-même, et vis et versa.

Retrouver le lien, retisser ce lien se fait pas à pas, tranquillement, en étant à l’écoute, en appréciant la vie, et chaque instant qui passe.

Je vous souhaite de redevenir un tisseur de lien, et d’entendre à nouveau le chant de la vie dans un caillou ou une flaque d’eau.

Prenez soin de vous, et allez voir au dehors, pieds nus si possible, ce qu’il se passe. Il y a des trésors à découvrir chaque jour.

Witto

One thought on “Retrouver du lien, pas à pas…

  1. Bonjour

    Apprendre ou ré-apprendre à vivre avec les saisons les éléments, ça ne veut pas dire de ce satisfaire du mauvais temps ou se réjouir du soleil, c’est vivre la nature au quotidien. S’émerveiller devant la nature on ne peut le faire que si l’on a appris à s’émerveiller devant nous-mêmes ré-apprendre à s’aimer et seulement après on peut espérer le Souffle…
    Imbolc approche que Brig, t’inspire, te soutienne et t’accompagne.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.