Purification (Beth)

Beth (Ogham)

Se libérer de ce qui pèse. Abandonner l’inutile afin de pouvoir prendre un nouveau chemin. Abandonner ce qui fait mal, ce qui n’est plus, afin de pouvoir inviter en soi un peu plus de joie et de bonheur. Se prémunir de ce qui use, et qui empêche de voir la lumière au coeur de la nuit noire.

Il est temps de se libérer de nos fardeaux, et de retrouver la légèreté, l’insouciance, l’envie d’avancer, de s’envoler.

Et bien plus que cela, Beth nous propose de nous libérer de tout ce qui pourrait nous atteindre, de tout ce qui pourrait nuire à accomplir notre destiné.

Premier des Oghams, gravé sept fois sur une branche de Bouleau en guise de protection, Beth permet d’éviter les piège, les obstacle, de garder la tête froide, de rester lucide sur le chemin à parcourir. Beth nous emmène sur la voie, et veille à ce que la lumière éclaire nos pas quelle que soit l’obscurité du passage que l’on à choisi de prendre.

Alors non, ce ne sera pas plus facile. Ce ne sera pas forcément plus doux tant que nous n’aurons pas décider de changer de chemin. Mais en attendant, Beth permet de trouver la force et le courage de dépasser les difficultés et l’adversité, afin de nous permettre l’opportunité d’être plus fort et de nous entraîner au courage.

Beth est comme une présence dans la nuit, au dessus de notre épaule, elle veille sur nous. Nous faisant croire… et savoir… que notre destin est à notre portée. Il nous fait savoir que nous pouvons avoir confiance en la vie pour nous mener là où nous devons aller. Guidé par le destin, et par les ancêtres qui nous accompagnent si nous les honorons comme il se doit. Nous sommes accompagnés, guidés, portés par cette force surgit du passé et qui fait de nous ce que l’on est aujourd’hui.

Lorsque l’obscurité se trouve derrière nous et que l’ on commence à sortir de la période sombre, alors, il nous est permit de prendre un autre chemin. En voyant plus clairement ce qui nous est proposé, nous pouvons choisir la voie de la moindre aspérité. Etant sortie de cette obscurité troublante où les cailloux et les racines nous empêchaient d’avancer à notre guise. La lumière se faisant plus grande, le chemin devient plus doux. Bientôt l’herbe fraîche aura remplacée les pierres tranchantes. Au loin, le rire des enfants. Le plaisir de la compagnie, et la chaleur des coeurs retrouvés. Non, il n’est plus nécessaire de se heurter à la difficulté…

Et alors, puisque l’on est passé par l’obscurité, Beth adoucit notre voie. Ecarte les obstacles, et nous permet de danser à la vie, de chanter avec les oiseaux et de courir avec les biches.

Purifié par l’eau de la source de toute vie, on se retrouve comme ce nouveau né… Au creux d’un arbre, il dort paisiblement. Le printemps arrive, et les doux rayons du soleil caressent ses joues gonflées de joie et de nouveauté. Les papillons virevoltent autour de lui. Réveillé par la musique de la vie, curieux, il regarde avec passion cette danse féerique, observe les oiseaux se poser près de lui sans aucune crainte. La nature semble saluer sa présence.

Il entend et comprend ce qui l’entoure. Il sait le souffle du vent, le murmure du ruisseau. Il connaît le mouvement des oiseaux, et les énigmes du feu. Il comprend ce qui à été et sera. Il voit cette homme maître du feu le recueillir et l’élever. Lui permettre de devenir ce qu’il à toujours été…

Au coeur de la forêt est né l’enfant au front blanc.

Witto

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Accueil, Druidisme, Reflexions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *