Imbolc, l’envie de vivre…

SAMSUNG

L’eau dégouline de partout. La glace perd un peu de son emprise. Le vent froid et sec laisse place à une pluie toujours froide et cinglante. Le matin, le soleil fait son apparition. Il réchauffe les terres et les cœurs. Mais régulièrement, des flocons chargés d’eau nous rappellent que nous sommes encore en saison sombre. L’hiver n’est pas parti. Il est toujours là, vigilant, nous regardant d’un œil sévère. Sommes nous capables, tel la glace dessert les brins d’herbe et les branches, de desserrer notre emprise sur nous-même, nos idées et conceptions du monde ?
La dureté et la froideur sont encore là. Porteurs d’espoir. Protecteurs de la vie sous-jacente. En observant la nature qui nous environne. Je remarque à quel point il y a tractation. Passage du dur au mou, du mort au vivant, et du vivant au mort. Un rayon de soleil, un peu de chaleur, et déjà des bourgeons apparaissent. Pourtant, il n’est pas l’heure. Un nouveau passage de froid saupoudré de neige fais se rétracter la terre. La vie patiente alors encore un peu… Mais cette vie pousse. Elle veut s’exprimer, grandir. Elle ne veut pas attendre. Seulement voilà, il n’est pas encore temps. Il faut patienter. Que le froid ai fait son œuvre. Que la maturation soit suffisante afin de pouvoir laisser s’exprimer la vie dans sa plénitude.
Et je me dis qu’il y a là une leçon importante à tirer. En moi, et peut être sûrement en nous tous, sont présents l’hiver et le printemps. L’envie irrésistible de liberté, de grandir, de voir de nouveaux horizons. Mais tout autant est présent l’hiver, qui immobilise, qui fige, et parfois sclérose.
L’hiver est nécessaire pour rechercher la sagesse des profondeurs. Ecouter le battement de notre cœur dans le silence du froid.
Il est temps au moment d’Imbolc, de rechercher en nous les forces latentes de la vie. Faire grandir en nous ce pouvoir de transmutation, et de mise en route de l’immobile vers le mobile. Il est temps de percevoir plus qu’une lueur : de la chaleur. Une chaleur, un feu intérieur, qui n’a jamais vraiment cesser de brûler, mais dont il est temps aujourd’hui de se souvenir. Un feu qui nous permettra de nous libérer de la glace. Transformer la neige douce et protectrice en eau vive et nourrissante.
Il est temps peut-être aussi de penser à tout ce qui nous entrave, nous empêche d’être libre et heureux… Il est temps de se souvenir qu’il n’y a pas que le froid et la nuit…
Witto
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Accueil, Druidisme. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *