Aller quelque part…

Vouloir, ou se laisser bercer par le vent ? Dans un monde où la volonté domine, il est aisé de croire que c’est le chemin opposé qu’il faut choisir. Se laisser bercer par le monde, se laisser bercer par la société, les gens, les idées des autres. In fine, se laisser bousculer par leur volonté, et sombrer, tout doucement, dans le domaine de l’oubli.

Mais alors, vouloir quoi, vouloir être qui ? Dans les mythes, il est très souvent question de la quête que le héros doit poursuivre. Cuchulainn à le choix : une vie longue et heureuse, mais après laquelle il sera oublié, ou une vie courte, mais qui fera que sa mémoire sera à tout jamais chantée. Il choisit une vie courte, faite de combats, de volonté, de passion dévorante…

P1210689La vie est-elle faite pour se laisser bercer par les flots ? Ou est-elle faite pour réaliser quelque chose, et pour, peut-être, en chemin, être capable de se réaliser soi ?

La découverte de soi se fait en étant en recherche, en quête. Cela demande du courage, de la volonté, et surtout, d’agir, d’avancer. On a un but, on avance vers celui-ci. Est-on sûr d’accomplir le but au bout du chemin ? Evidemment non. Mais c’est le chemin qui nous aura enseigné. Premier paradoxe parfois difficile à appréhender. Il faut un but pour prendre une route, une direction, mais ce but n’est pas l’essentiel. L’essentiel est plutôt ce que l’on va rencontrer sur le sentier.

P1220920Et pourtant, la nonchalance du passant n’est pas de mise. Le destin du héros est d’avancer, armes à la main, sûr de lui, sûr de son destin. Avoir un destin n’exonère pas la force et le courage. S’accomplir, ce n’est pas attendre qu’un « c’était écrit » se profile à l’horizon. S’accomplir, c’est avoir foi en un « quelque chose » qui nous dépasse, et malgré tout, ne pas croire que c’est ce « quelque chose » qui nous apportera gloire et richesse sur un plateau.

Notre gloire peut-être de vouloir offrir un monde meilleur à nos enfants. Notre richesse peut-être de souhaiter que chacun puisse vivre décemment. Mais sans combat, on n’atteint jamais rien. Ce combat se mène sans tension, en se laissant pousser par le vent. Mélange subtil de volonté et de lâché prise… Un combat que l’on a pas forcément l’habitude de mener, et avec lequel il est essentiel de se familiariser, car il s’agit du combat de notre vie. Alchimie puissante du souffle et du feu, qui nous débarrasse petit à petit de ce qui nous retient, nous alourdi.

Je vous invite ici à chanter vos passions, les mettre en action, leur donner sens, leur donner vie. Que vos rêves ne restent pas seuls dans le noir, mais qu’ils découvrent la lumière. Qu’ils s’envolent haut dans le ciel afin de délivrer aux Dieux leurs messages.

Un petit oiseau, caché dans les roseaux
Timide, apeuré, il doit pourtant s’envoler.

L’eau monte, le tonnerre gronde
Emporté par le vent, emporté par ses songes.

Mourir ou grandir ?
Partager et nourrir,
Le choix ne lui est plus laissé…

Cherches ta force, petit oiseau blessé,
Cherche le courage, ton destin est de briller.P1210505

Soyez une lumière dans l’obscurité du monde. N’ayez pas peur de réaliser ce que vous êtes. Au delà des tabous, des craintes du « qu’en dira-t-on »… L’époque est propice à la critique de ceux qui agissent. Alors soyez de ceux qui sont critiqués en faisant, en allant de l’avant. Apportez au monde le joyaux qui est au creux de votre coeur. Soyez source d’abondance, de sagesse, de richesse. Soyez ambitieux, allez, comme Cuchulainn, côtoyer les Dieux. Ne soyez pas soumis par la volonté des autres Hommes. Libérez-vous, et surtout, soyez heureux !

Alors, que voulez vous, que voulez vous vraiment ?

Witto

 

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Accueil, Druidisme. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *